Médecines chinoises en Europe

Le carnet présentera l’avancement du travail de l’équipe du projet: « Les pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour un regard comparé avec le contexte médical français et italien », financé par le Fond National de la Recherche Scientifique suisse et basé à l’Université de Genève, dont les collaborateurs scientifiques sont : Lucia Candelise (Univ de Genève), Gilles Remillet (Univ Nanterre), Matthias Sohr (Univ de Genève), la requérante principale est Marylène Lieber (Univ de Genève) et Ellen Hertz et Vincent Barras les autres requérants.
Dès les années 1970, les médecines chinoises se sont diffusées dans les pays européens pour se concrétiser de façon spécifique selon différentes réalités nationales en donnant lieu à des situations d’hybridation ou de synergie entre diverses techniques de soin et divers savoirs médicaux.

Contenu et objectif du travail de recherche
Si les médecines venant de Chine dérivent toujours d’une pensée liée à la civilisation chinoise, elles varient fortement entre elles, dans la façon dont elles sont pratiquées, interprétées, intégrées avec d’autres techniques et savoirs médicaux. Leur diversité tient autant du statut des praticiens que des contextes de pratiques (milieu public ou cabinet privé) ou de la relation qu’elles entretiennent avec d’autres médecines. Nous enquêterons sur ce que les praticiens eux-mêmes appellent « médecine chinoise » et les relations de ces pratiques avec le paysage médical conventionnel. Il importera de montrer comment les pratiques médicales chinoises définissent leurs domaines de compétence dans les trois pays observés, la Suisse, la France et l’Italie, et de mettre en évidence les modalités de convergence, ou les divergences, avec la médecine scientifique.

Contexte scientifique et social du projet de recherche
Le projet est caractérisé par une approche interdisciplinaire et comparative ; il situe l’analyse scientifique à différentes échelles, allant de l’étude diachronique des techniques médicales d’origine chinoise et de leur diffusion dans les communautés médicales européennes à l’observation directe des pratiques cliniques. Le projet accordera une place centrale à l’enquête filmique comme outil d’investigation pour la description, l’analyse et la restitution des relations de soin, dans le contexte de la globalisation des médecines chinoises


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *