Présentation du projet

Le processus de globalisation ou de mondialisation dans différents contextes nationaux insère les médecines chinoises dans la nébuleuse des médecines dites non conventionnelles. Si les médecines venant de Chine telles qu’elles sont pratiquées dans différents pays dérivent toujours d’une pensée liée à la civilisation chinoise et à un savoir médical se référant à des principes communs (la circulation du qi, les principes des cinq mouvements, du yin et du yang, etc.), elles varient fortement entre elles, dans la façon dont elles sont pratiquées, interprétées, intégrées avec d’autres techniques et savoirs médicaux. Leur diversité tient autant du statut des praticiens que des contextes de pratiques (milieu publique ou cabinet privé) ou de la relation qu’elles entretiennent avec d’autres médecines.AiguillesRem

Nous enquêterons sur les formes de pratique de soin reliées à ce que les praticiens mêmes appellent « médecine chinoise » et qui s’intègrent et se confrontent dans le paysage médical conventionnel. Il nous importera de montrer comment les pratiques médicales chinoises définissent leurs domaines de compétence, flexibles et susceptibles de remises en question dans le paysage médical des trois pays observés, la Suisse, la France et l’Italie, et de mettre en lumière les modalités de convergence, ou les divergences, avec la médecine scientifique. Le choix des trois pays est motivé par les caractéristiques spécifiques de l’apparition de la pratique des médecines chinoises et de leur évolution dans les trois contextes médicaux nationaux. Le cas de l’acupuncture en est un exemple, elle a le statut d’acte médical dans les trois pays, mais, de fait, elle est pratiquée par des professionnels ayant un profil différent dans chaque nation. En Suisse elle peut être légalement pratiquée par des thérapeutes non médecin, tandis qu’en France et en Italie, il n’y a que les médecins acupuncteurs qui ont le droit légal de poser des aiguilles.

La complexité des paysages médicaux, et la condition mouvante et en perpétuelle évolution de ces pratiques de soin, nous amène à une démarche interdisciplinaire, avec un fort accent sur l’anthropologie médicale et visuelle, ainsi que l’histoire orale. Inspiré de la grounded theory, ce projet entend, dans un aller retour entre le terrain et les outils d’analyse, rendre compte de la façon dont les médecines chinoises s’intègrent dans les contextes médicaux de chacun des trois pays et influencent en retour la pratiques et les représentations des thérapeutes

Nous nous efforcerons de comprendre comment ces savoirs et ces pratiques ont été et sont aujourd’hui transmis et enseignés en Suisse, en France et en Italie en étudiant en particulier les lieux d’enseignement et les principales associations ou sociétés actives dans la transmission des médecines chinoises. Nous nous intéressons tout particulièrement aux médecins et aux thérapeutes pratiquant ces techniques de soin, pour comprendre leur choix d’intégration de différents paradigmes médicaux et la relation qu’ils conçoivent et qu’ils renouvellent dans leur travail entre la médecine conventionnelle et d’autres techniques et savoirs médicaux, dont les médecines chinoises. Nous accorderons une place centrale au film comme outil d’investigation ethnographique pour la description, l’analyse et la restitution des récits de la maladie et des pratiques thérapeutiques observées en situation de soins.

Voir:  http://www.unige.ch/etudes-genre/Institut/programmederecherches/MedecinesChinoises.html

L. Candelise, G. Remillet, M. Sohr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *