Interventions séminaires, colloques, workshop mai-juin 2014

Jeudi 22 mai 2014 – 14h00/16h00

Dans le cadres du séminaire

Humanités numériques et images pour l’histoire et l’anthropologie de l’Asie 

CECMC, EHESS, Paris – Caroline Bodolec, Jacqueline Nivard

Les pratiques médicales chinoises en Europe. Analyse interdisciplinaire du processus d’apparition en France, Suisse et Italie

Intervenants : Lucia Candelise, Gilles Remillet, Matthias Sohr

Présentation

Le processus de globalisation ou de mondialisation dans différents contextes nationaux insère les médecines chinoises dans la nébuleuse des médecines dites non conventionnelles. Si les médecines venant de Chine telles qu’elles sont pratiquées dans différents pays dérivent toujours d’une pensée liée à la civilisation chinoise et à un savoir médical se référant à des principes communs (la circulation du qi, les principes des cinq mouvements, du yin et du yang, etc.), elles varient fortement entre elles, dans la façon dont elles sont pratiquées, interprétées, intégrées avec d’autres techniques et savoirs médicaux. Leur diversité tient autant du statut des praticiens que des contextes de pratiques (milieu public ou cabinet privé) ou de la relation qu’elles entretiennent avec d’autres médecines.

Le projet de recherche, dont nous présenterons lors de ce séminaire les traits généraux et les premiers résultats, s’intéresse aux formes de pratiques de soin reliées à ce que les praticiens mêmes appellent « médecine chinoise » et qui s’intègrent et se confrontent dans le paysage médical conventionnel.

Pour ce projet il nous importera de montrer comment les pratiques médicales chinoises définissent leurs domaines de compétence, flexibles et susceptibles de remises en question dans le paysage médical des trois pays, la Suisse, la France et l’Italie, et de mettre en lumière les modalités de convergence, ou les divergences, avec la médecine scientifique. Le choix des trois pays est motivé par les caractéristiques spécifiques de l’apparition de la pratique des médecines chinoises et de leur évolution dans les trois contextes médicaux nationaux. La complexité des paysages médicaux, et la condition mouvante et en perpétuelle évolution de ces pratiques de soin, nous engage à développer une démarche interdisciplinaire, avec un fort accent sur l’anthropologie médicale et visuelle, ainsi que l’histoire orale.

Ainsi, nous nous efforcerons de comprendre comment ces savoirs et ces pratiques ont été et sont aujourd’hui transmis et enseignés en Suisse, en France et en Italie. Nous nous intéressons tout particulièrement aux médecins et aux thérapeutes pratiquant ces techniques de soin, pour comprendre leur choix d’intégration de différents paradigmes médicaux et la relation qu’ils conçoivent et qu’ils renouvellent dans leur travail entre la médecine conventionnelle et d’autres techniques et savoirs médicaux, dont les médecines chinoises. Nous accorderons une place centrale au film comme outil d’investigation ethnographique pour la description, l’analyse et la restitution des récits de la maladie et des pratiques thérapeutiques observées en situation de soins.

Les pratiques médicales chinoises en Europe. Analyse interdisciplinaire du processus d’apparition en France, Suisse et Italie

Jeudi 5 juin 2014 – 15h00/18h00

Dans le cadre du

Séminaire de recherche en histoire et études sociales de la médecine, de la santé, et des sciences du vivant

Institut Universitaire d’Histoire de la Médecine et de la Santé Publique – IUHMPS,

Lausanne

Les pratiques médicales chinoises et leur réception en Suisse

Intervenants : Lucia Candelise, Gilles Remillet, Matthias Sohr

Jeudi 12 juin 2014

Dans le cadre du colloque

Jean-Pierre Abel-Rémusat et ses successeurs. Deux cents ans de sinologie française en France et en Chine 

Chaire d’histoire de la Chine moderne, Collège de France, Paris

La médecine chinoise en France (fin XIXe et XXe s.) : praticiens et sinologues

Intervenante : Lucia Candelise

Résumé

Si autour de 1825, du temps d’Abel Rémusat, apparaît en France une mode éphémère pour l’acupuncture, le mouvement s’essouffle assez brutalement. Il faut attendre les deux textes du consul en Chine Claude Philibert Dabry de Thiersant, publiés en 1863 (La médecine chez les Chinois, Paris, Plon) et en 1873 (La matière médicale chez les Chinois, Paris, Masson), pour qu’un intérêt pour les thérapeutiques chinoises se présente de nouveau chez quelques médecins français. Mais ce n’est qu’au cours du XXème siècle que se développe progressivement un réel engouement pour certaines pratiques médicales venues de Chine. Dans notre intervention nous présenterons les moments forts et les principaux acteurs de ce développement. Nous montrerons que différentes « pensées médicales chinoises » reconstruites en France s’imposent en fonction de l’orientation professionnelle et des finalités intellectuelles ou pratiques des divers auteurs et « acteurs ».

 

Samedi 14 juin 2014

Dans le cadre du workshop

Questions sociales, problèmes publics ? Socio-histoires de l’émergence, du cadrage et de la prise en charge de problèmes publics dans une perspective de genre

Institut Etudes Genre, Université de Genève- Institut Œcuménique Bossey

Présentation du projet : ‘Les pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour un regard comparé avec le contexte médical français et italien’

Intervenants : Lucia Candelise, Matthias Sohr

Jeudi 19 juin 2014

Dans le cadre du workshop

Communication and Spreading of Medical Knowledge in China and the West

Institut Confucius et Université de Genève, Genève

Chinese Medical Practices in Europe, the French, Italian and Swiss situations

Intervenante : Lucia Candelise

Abstract

The aim of my intervention is to present the research project supported by the SNF, and based at the Geneva University (Institut Etudes Genre) titled: “Chinese medical practices in Europe. Comparison between their reception in Swiss, Italian and French medical contexts”. This project introduces the study of Chinese Medicines practices by Swiss, French and Italian therapists (physicians but also non physicians). With a comparative approach, we will focus on the analysis of the synergies and hybridization of Chinese medical knowledge and practice, integrated in European local medical environments. This comparative point of view, which examined historical and spatial developments in the status and dissemination of Chinese medicine throughout Europe, shed light on important social and cultural dimensions of the complex process of knowledge transfer from China into Europe.

Following a critical perspective and crossed trans-disciplinary approaches (social history of medicine, medical anthropology and visual anthropology), this project aims at promoting the production and the experimentation of news forms of scientific writings based on our fields-work in Switzerland, France and Italy.  We will also try to evaluate the efficacy of epistemological and methodological propositions set up by visual anthropology on fieldwork.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le carnet MCE

Ce carnet propose un regard sur les usages des médecines chinoises par des thérapeutes locaux en France, Suisse et Italie. Il privilégie l’observation des formes de synergie et l’hybridation des pratiques et des savoirs thérapeutiques chinois insérés dans des milieux médicaux européens. Dans une perspective critique et d’échange transdisciplinaire, ce carnet a pour vocation de présenter la production et l’expérimentation de nouvelles formes d’écritures scientifiques à partir de nos terrains en Suisse, France et Italie. Il vise à rendre compte, à travers les images documentaires (films scientifiques) et les médias numériques (webdocumentaires) ainsi que la production écrite, de la complexité des médiations thérapeutiques en situation clinique proposées par la pratique d’une médecine exogène (la médecine chinoise) dans trois contextes nationaux socialement, culturellement et économiquement très différents.

This notebook introduces the study of Chinese Medicines practices by French, Swiss and Italian therapists. It focuses on the analysis of the synergies and hybridization of Chinese medical knowledge and practice, integrated in European local medical environments. Following a critical perspective and crossed trans-disciplinary approaches, this notebook aims at promoting the presentation of the production and the experimentation of news forms of scientific writings based on our field-work in France, Switzerland and Italy. Through documentary (scientific films), digital media (web-documentary) and scientific publications it aims at showing the complexity of therapeutical mediations during clinical settings put forward by the practice of exogenous medical techniques in three socially, culturally and economically different contexts.

L. Candelise, G. Remillet, M. Sohr

Présentation du projet

Le processus de globalisation ou de mondialisation dans différents contextes nationaux insère les médecines chinoises dans la nébuleuse des médecines dites non conventionnelles. Si les médecines venant de Chine telles qu’elles sont pratiquées dans différents pays dérivent toujours d’une pensée liée à la civilisation chinoise et à un savoir médical se référant à des principes communs (la circulation du qi, les principes des cinq mouvements, du yin et du yang, etc.), elles varient fortement entre elles, dans la façon dont elles sont pratiquées, interprétées, intégrées avec d’autres techniques et savoirs médicaux. Leur diversité tient autant du statut des praticiens que des contextes de pratiques (milieu publique ou cabinet privé) ou de la relation qu’elles entretiennent avec d’autres médecines.AiguillesRem

Nous enquêterons sur les formes de pratique de soin reliées à ce que les praticiens mêmes appellent « médecine chinoise » et qui s’intègrent et se confrontent dans le paysage médical conventionnel. Il nous importera de montrer comment les pratiques médicales chinoises définissent leurs domaines de compétence, flexibles et susceptibles de remises en question dans le paysage médical des trois pays observés, la Suisse, la France et l’Italie, et de mettre en lumière les modalités de convergence, ou les divergences, avec la médecine scientifique. Le choix des trois pays est motivé par les caractéristiques spécifiques de l’apparition de la pratique des médecines chinoises et de leur évolution dans les trois contextes médicaux nationaux. Le cas de l’acupuncture en est un exemple, elle a le statut d’acte médical dans les trois pays, mais, de fait, elle est pratiquée par des professionnels ayant un profil différent dans chaque nation. En Suisse elle peut être légalement pratiquée par des thérapeutes non médecin, tandis qu’en France et en Italie, il n’y a que les médecins acupuncteurs qui ont le droit légal de poser des aiguilles.

La complexité des paysages médicaux, et la condition mouvante et en perpétuelle évolution de ces pratiques de soin, nous amène à une démarche interdisciplinaire, avec un fort accent sur l’anthropologie médicale et visuelle, ainsi que l’histoire orale. Inspiré de la grounded theory, ce projet entend, dans un aller retour entre le terrain et les outils d’analyse, rendre compte de la façon dont les médecines chinoises s’intègrent dans les contextes médicaux de chacun des trois pays et influencent en retour la pratiques et les représentations des thérapeutes

Nous nous efforcerons de comprendre comment ces savoirs et ces pratiques ont été et sont aujourd’hui transmis et enseignés en Suisse, en France et en Italie en étudiant en particulier les lieux d’enseignement et les principales associations ou sociétés actives dans la transmission des médecines chinoises. Nous nous intéressons tout particulièrement aux médecins et aux thérapeutes pratiquant ces techniques de soin, pour comprendre leur choix d’intégration de différents paradigmes médicaux et la relation qu’ils conçoivent et qu’ils renouvellent dans leur travail entre la médecine conventionnelle et d’autres techniques et savoirs médicaux, dont les médecines chinoises. Nous accorderons une place centrale au film comme outil d’investigation ethnographique pour la description, l’analyse et la restitution des récits de la maladie et des pratiques thérapeutiques observées en situation de soins.

Voir:  http://www.unige.ch/etudes-genre/Institut/programmederecherches/MedecinesChinoises.html

L. Candelise, G. Remillet, M. Sohr