International Congress of Traditional Asian Medicine (ICTAM) en Corée, septembre 2013

IMG_0249

Du 8 au 13 septembre 2013 à Sancheong /Seoul en Corée a eu lieu la VIII édition du International Congress of Traditional Asian Medicine (ICTAM). L’ICTAM, l’organisation reliée à l’International Association for the Study of Traditional Asian Medicine (IASTAM), s’occupe d’organiser une réunion scientifique quadriennale pour les membres de l’IASTAM.

Cette dernière a été fondée en 1977 par les professeurs Arthur L. Basham et Charles Leslie et a organisé sa première conférence en 1979.

La IASTAM a comme objectif de promouvoir et encourager l’étude des « médecines traditionnelles asiatiques », autant les courants « classiques » (comme la médecine chinoise ou l’Âyurveda) que les pratiques plus locales, et cela dans tous leurs aspects : historique, philosophique, philologique, anthropologique, sociologique ou scientifique.

Son organe, le Journal Asian Medicine. Tradition and Modernity, revue publiée chez Brill depuis 2005, actuellement dirigé par Vivienne Lo et Geoffrey Samuel, réunie des contributions absolument internationales et multidisciplinaires concernant les médecines asiatiques.

La IASTAM comme les organisations reliées à elle (l’ICTAM, le Journal Asian Medicine. Tradition and Modernity, les prix Charles Leslie) regroupent des chercheurs du monde entier et travaillant sur des sujets concernant les médecines asiatiques, ainsi que des praticiens engagés dans une démarche de partage, de communication ou de dialogue avec le monde scientifique et les sciences sociales. Cela crée des lieux d’échange intellectuel extrêmement riches et dynamiques. La VIII édition du International Congress of Traditional Asian Medicine en était un.

Ce congrès s’est tenu en Corée, en honneur de l’inscription en 2009 dans la liste du patrimoine documentaire de l’UNESCO du texte classique de la médecine coréenne, le Donguibogam (1613 ≈), dont l’édition en anglais, dirigée par Marta Hanson, vient d’être publiée.

Cela a réuni 250 intervenants, permettant la rencontre entre experts des médecines asiatiques de différentes aires culturelles (avec une forte présence de chercheurs coréens et des réflexions sur la place du classique de la médecine coréenne). Les panels des différentes sessions tout au long des 5 jours de conférence mélangeaient  interventions avec des approches méthodologiques très différents, donnant lieu à des discussions et des débats extrêmement stimulants. C’était le but – complètement atteint- du président de l’IASTAM, Volker Scheid, anthropologue et praticien de médecine chinoise, qui rappelait dans son introduction au congrès, ainsi que dans son discours de clôture, que le but de l’IASTAM est de permettre ce dialogue et de veiller à la qualité de cet échange.

Non négligeable la qualité de l’organisation, un nombre important de jeunes étudiants en médecine coréenne accompagnait les intervenants au congrès, pratiquement tous parlant anglais. Des visites de tout intérêt à quelques cliniques et aux laboratoires de recherche d’État on donné un aperçu de l’importance de la médecine « traditionnelle » en Corée et tout particulièrement des investissements dans le domaine de la patrimonialisation que ce pays a mis en route désormais depuis  longtemps.

Le prochain congrès a été prévu pour janvier 2017 en Inde.  Ce serait très intéressant, pour cette prochaine édition de la ICTAM, de pouvoir intervenir avec les résultats du projet « Les pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour un regard comparé avec le contexte médical français et italien », et d’introduire un autre regard sur la circulation des savoirs médicaux chinois en Europe par l’approche de l’anthropologie visuelle.