Le carnet MCE

Ce carnet propose un regard sur les usages des médecines chinoises par des thérapeutes locaux en France, Suisse et Italie. Il privilégie l’observation des formes de synergie et l’hybridation des pratiques et des savoirs thérapeutiques chinois insérés dans des milieux médicaux européens. Dans une perspective critique et d’échange transdisciplinaire, ce carnet a pour vocation de présenter la production et l’expérimentation de nouvelles formes d’écritures scientifiques à partir de nos terrains en Suisse, France et Italie. Il vise à rendre compte, à travers les images documentaires (films scientifiques) et les médias numériques (webdocumentaires) ainsi que la production écrite, de la complexité des médiations thérapeutiques en situation clinique proposées par la pratique d’une médecine exogène (la médecine chinoise) dans trois contextes nationaux socialement, culturellement et économiquement très différents.

This notebook introduces the study of Chinese Medicines practices by French, Swiss and Italian therapists. It focuses on the analysis of the synergies and hybridization of Chinese medical knowledge and practice, integrated in European local medical environments. Following a critical perspective and crossed trans-disciplinary approaches, this notebook aims at promoting the presentation of the production and the experimentation of news forms of scientific writings based on our field-work in France, Switzerland and Italy. Through documentary (scientific films), digital media (web-documentary) and scientific publications it aims at showing the complexity of therapeutical mediations during clinical settings put forward by the practice of exogenous medical techniques in three socially, culturally and economically different contexts.

L. Candelise, G. Remillet, M. Sohr

Présentation du projet

Le processus de globalisation ou de mondialisation dans différents contextes nationaux insère les médecines chinoises dans la nébuleuse des médecines dites non conventionnelles. Si les médecines venant de Chine telles qu’elles sont pratiquées dans différents pays dérivent toujours d’une pensée liée à la civilisation chinoise et à un savoir médical se référant à des principes communs (la circulation du qi, les principes des cinq mouvements, du yin et du yang, etc.), elles varient fortement entre elles, dans la façon dont elles sont pratiquées, interprétées, intégrées avec d’autres techniques et savoirs médicaux. Leur diversité tient autant du statut des praticiens que des contextes de pratiques (milieu publique ou cabinet privé) ou de la relation qu’elles entretiennent avec d’autres médecines.AiguillesRem

Nous enquêterons sur les formes de pratique de soin reliées à ce que les praticiens mêmes appellent « médecine chinoise » et qui s’intègrent et se confrontent dans le paysage médical conventionnel. Il nous importera de montrer comment les pratiques médicales chinoises définissent leurs domaines de compétence, flexibles et susceptibles de remises en question dans le paysage médical des trois pays observés, la Suisse, la France et l’Italie, et de mettre en lumière les modalités de convergence, ou les divergences, avec la médecine scientifique. Le choix des trois pays est motivé par les caractéristiques spécifiques de l’apparition de la pratique des médecines chinoises et de leur évolution dans les trois contextes médicaux nationaux. Le cas de l’acupuncture en est un exemple, elle a le statut d’acte médical dans les trois pays, mais, de fait, elle est pratiquée par des professionnels ayant un profil différent dans chaque nation. En Suisse elle peut être légalement pratiquée par des thérapeutes non médecin, tandis qu’en France et en Italie, il n’y a que les médecins acupuncteurs qui ont le droit légal de poser des aiguilles.

La complexité des paysages médicaux, et la condition mouvante et en perpétuelle évolution de ces pratiques de soin, nous amène à une démarche interdisciplinaire, avec un fort accent sur l’anthropologie médicale et visuelle, ainsi que l’histoire orale. Inspiré de la grounded theory, ce projet entend, dans un aller retour entre le terrain et les outils d’analyse, rendre compte de la façon dont les médecines chinoises s’intègrent dans les contextes médicaux de chacun des trois pays et influencent en retour la pratiques et les représentations des thérapeutes

Nous nous efforcerons de comprendre comment ces savoirs et ces pratiques ont été et sont aujourd’hui transmis et enseignés en Suisse, en France et en Italie en étudiant en particulier les lieux d’enseignement et les principales associations ou sociétés actives dans la transmission des médecines chinoises. Nous nous intéressons tout particulièrement aux médecins et aux thérapeutes pratiquant ces techniques de soin, pour comprendre leur choix d’intégration de différents paradigmes médicaux et la relation qu’ils conçoivent et qu’ils renouvellent dans leur travail entre la médecine conventionnelle et d’autres techniques et savoirs médicaux, dont les médecines chinoises. Nous accorderons une place centrale au film comme outil d’investigation ethnographique pour la description, l’analyse et la restitution des récits de la maladie et des pratiques thérapeutiques observées en situation de soins.

Voir:  http://www.unige.ch/etudes-genre/Institut/programmederecherches/MedecinesChinoises.html

L. Candelise, G. Remillet, M. Sohr

International Congress of Traditional Asian Medicine (ICTAM) en Corée, septembre 2013

IMG_0249

Du 8 au 13 septembre 2013 à Sancheong /Seoul en Corée a eu lieu la VIII édition du International Congress of Traditional Asian Medicine (ICTAM). L’ICTAM, l’organisation reliée à l’International Association for the Study of Traditional Asian Medicine (IASTAM), s’occupe d’organiser une réunion scientifique quadriennale pour les membres de l’IASTAM.

Cette dernière a été fondée en 1977 par les professeurs Arthur L. Basham et Charles Leslie et a organisé sa première conférence en 1979.

La IASTAM a comme objectif de promouvoir et encourager l’étude des « médecines traditionnelles asiatiques », autant les courants « classiques » (comme la médecine chinoise ou l’Âyurveda) que les pratiques plus locales, et cela dans tous leurs aspects : historique, philosophique, philologique, anthropologique, sociologique ou scientifique.

Son organe, le Journal Asian Medicine. Tradition and Modernity, revue publiée chez Brill depuis 2005, actuellement dirigé par Vivienne Lo et Geoffrey Samuel, réunie des contributions absolument internationales et multidisciplinaires concernant les médecines asiatiques.

La IASTAM comme les organisations reliées à elle (l’ICTAM, le Journal Asian Medicine. Tradition and Modernity, les prix Charles Leslie) regroupent des chercheurs du monde entier et travaillant sur des sujets concernant les médecines asiatiques, ainsi que des praticiens engagés dans une démarche de partage, de communication ou de dialogue avec le monde scientifique et les sciences sociales. Cela crée des lieux d’échange intellectuel extrêmement riches et dynamiques. La VIII édition du International Congress of Traditional Asian Medicine en était un.

Ce congrès s’est tenu en Corée, en honneur de l’inscription en 2009 dans la liste du patrimoine documentaire de l’UNESCO du texte classique de la médecine coréenne, le Donguibogam (1613 ≈), dont l’édition en anglais, dirigée par Marta Hanson, vient d’être publiée.

Cela a réuni 250 intervenants, permettant la rencontre entre experts des médecines asiatiques de différentes aires culturelles (avec une forte présence de chercheurs coréens et des réflexions sur la place du classique de la médecine coréenne). Les panels des différentes sessions tout au long des 5 jours de conférence mélangeaient  interventions avec des approches méthodologiques très différents, donnant lieu à des discussions et des débats extrêmement stimulants. C’était le but – complètement atteint- du président de l’IASTAM, Volker Scheid, anthropologue et praticien de médecine chinoise, qui rappelait dans son introduction au congrès, ainsi que dans son discours de clôture, que le but de l’IASTAM est de permettre ce dialogue et de veiller à la qualité de cet échange.

Non négligeable la qualité de l’organisation, un nombre important de jeunes étudiants en médecine coréenne accompagnait les intervenants au congrès, pratiquement tous parlant anglais. Des visites de tout intérêt à quelques cliniques et aux laboratoires de recherche d’État on donné un aperçu de l’importance de la médecine « traditionnelle » en Corée et tout particulièrement des investissements dans le domaine de la patrimonialisation que ce pays a mis en route désormais depuis  longtemps.

Le prochain congrès a été prévu pour janvier 2017 en Inde.  Ce serait très intéressant, pour cette prochaine édition de la ICTAM, de pouvoir intervenir avec les résultats du projet « Les pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour un regard comparé avec le contexte médical français et italien », et d’introduire un autre regard sur la circulation des savoirs médicaux chinois en Europe par l’approche de l’anthropologie visuelle.