Patrimonialisation des savoirs médicaux : vers une reconfiguration des ressources thérapeutiques

Journée d’étude 12 février 2015
EHESS, Bâtiment France
190-198 avenue de France 75244 Paris cedex 13
Salles 638 (m.)- 640 (a.-m.), noyau A, 6ème étage
Avec le soutien de :
CECMC, EHESS, Paris
Projet ANR, EsCA « Espaces de la culture chinoise en Afrique », FMHS, Paris
Projet FNS, « Les pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour un regard comparé avec le contexte médical français et italien », Université de Genève
Organisée par Lucia Candelise

La circulation continue des personnes, des savoirs et des savoir-faire nous place devant des interactions multiples entre le « local », le « transnational » et le « global » ; en même temps les démarches de patrimonialisation de « pratiques culturelles » se multiplient, dans un contexte de reconfiguration incessante des rapports sociaux et politiques. D’une façon générale, les connaissances et les pratiques médicales sont touchées par ces phénomènes. C’est sur cette recomposition dynamique que nous proposons de réfléchir, avec un groupe de chercheurs travaillant sur différentes aires culturelles.
En cela, l’idée de cette journée d’étude se situerait autour du débat lié aux processus de patrimonialisation, dans la perspective des savoirs et des ressources médicales. Ainsi, il s’agira d’interroger et problématiser les notions, de plus en plus diffusées, de « patrimoine » et de « patrimonialisation », ainsi que celles de « local », de « global », de « globalisation » et de « traditionnel ».
L’apparition institutionnelle, au début des années 2000, d’un certain nombre de questionnements et de projets en rapport avec la notion de patrimoine culturel immatériel, sous l’égide de l’UNESCO, est symbolique d’une situation plus large : aujourd’hui la patrimonialisation des pratiques culturelles est un sujet central dans toute réflexion politique, culturelle et sociale, à quelque niveau que l’on se situe. Pour ce qui est du domaine médical, le devenir et la recomposition des médecines qui revendiquent la qualification de « traditionnelles » rencontrent et utilisent cette notion de patrimoine.
Au niveau mondial, les démarches de patrimonialisation mises en place par des instances gouvernementales, mais aussi par des volontés de sauvegarde des savoirs ou des pratiques médicaux au niveau local sont souvent en relation avec les ouvertures des frontières nationales et les récents mouvements de connaissances, de ressources, des savoirs et des acteurs de ces savoirs. La confrontation entre différentes approches du corps et de la maladie crée des situations d’échanges, de synergie, d’hybridation qui ont comme conséquence la construction de nouveaux savoirs ou de nouvelles techniques, mais aussi de nouvelles représentations qui leurs sont liées. Ces diverses situation rencontrent également la question de la patrimonialisation.
En apportant une réflexion à différentes échelles, les interventions de cette journée traiteront des formes de patrimonialisation et de transfert de savoirs médicaux en différents continents et en différents contextes nationaux. A partir du travail réalisé pour le numéro monographique d’Anthropologie et Santé (http://anthropologiesante.revues.org/1043) dont les différents articles ont montré comment le processus de patrimonialisation peut se recouper sous des formes qui vont des questionnements autour de la restitution et de l’esthétique de la représentation, des définitions d’un contexte de soin influencé par le tourisme et les medias, aux problématiques liées aux définitions des limites et frontières comme l’élément de crise d’une unité culturelle, jusqu’aux démarches de patrimonialisation de savoirs médicaux locaux. Mais ces questions peuvent aussi concerner la circulation d’un savoir médical au niveau mondial, les tentatives d’intégration dans différents contextes nationaux et locaux et les démarches au niveau national de patrimonialisation de ce savoir.
L’idée générale de cette journée sera donc de discuter comment organiser et articuler un discours autour de ces processus culturels, reposant sur des savoirs pratiques -les savoirs médicaux- afin de préparer une publication commune riche de témoignages fondées sur des approches différenciées. Cela étant conscients que, grâce à notre travail, nous apporterons un regard original sur les processus de patrimonialisation, à partir des corpus médicaux ou des pratiques médicales, encore très peu enquêtés et analysés à l’heure actuelle.

PROGRAMME DE LA JOURNEE :
9.00 – Accueil
9h30 – Ouverture de la journée – Lucia CANDELISE (CECMC, EHESS – projet ANR EsCA – Université de Genève)
Discutant pour la matinée : Alexandra GALITZINE-LOUMPET (ANR EsCA / FMSH, Paris)
9h45-11h15
– Julie PERRIN (Université de Neuchâtel)
Guérisseurs et anthropologues : au-delà de la relation d’enquête
– Alejandra CARREÑO CALDERON (Université de Turin)
Taking care of democracy: Invention, safeguard and recognition of indigenous medicines in Chile

Pause café

11h30-13h00
– Alain EPELBOIN (CNRS, Paris)
De la patrimonialisation des objets, savoir-faire et techniques des devins-guérisseurs africains : du rituel à l’amulette
– Mariaclaudia CRISTOFANO (Université de la Sapienza, Rome), Elisa VASCONI (Université de Florence)
Visual Representation of Diseases and Medical Resources in the Ghanaian signboards

Pause déjeuner

Discutant pour l’après-midi : Serena BINDI (Université Paris Descartes, laboratoire CANTHEL)
14h00-15h30
– Frédéric OBRINGER (CECMC, EHESS – projet ANR EsCA)
Le patrimoine culturel immatériel et la médecine chinoise
– Céline CODEREY (Asia Research Institute, Singapour)
La médecine traditionnelle birmane : patrimoine à conserver et outil politique

Pause café

15h45-17h30
– Mehrnaz KATOUZIAN-SAFADI (équipe SPHERE, CNRS-Paris 7)
De la terminologie opérante pour les médicaments anciens et contemporains ou une forme de « concept nomade »
Table ronde et discussion

RESUMES DES INTERVENTIONS :

Taking care of democracy: Invention, safeguard and recognition of indigenous medicines in Chile
Alejandra CARREÑO CALDERON
The process of recognition and institutionalization of indigenous medical knowledge in Latin America uses the language founded upon the UNESCO’s Intangible Cultural Heritage declaration. Safeguarding, valorizing and recognizing indigenous medicine are the main purposes of different intercultural health programs promoted around the continent. The Chilean case is noteworthy because, since the end of dictatorship in 1990, the country has built a multicultural democracy model that promotes indigenous medicines as one of its central axes. This specific process of heritage, just like many others around the globe, has received several criticisms about the verticality of the act of recognition, revealing the anti political effect of a highly culturalist approach to indigenous health systems. Authorities have argued in favor of their multicultural projects presenting them as their effort to take care of democracy. Hiding behind this slogan, and the international recognition it received, allowed them to prevent further claims and pressures from the indigenous people, some of the most marginalized groups of the country.
These criticisms are surely relevant, but they leave behind a fundamental part of the social reality they evoke: the active role of the indigenous communities confronting with the heritage process. Indigenous medicine, whatever definition it receives, is one of the elements most frequently evoked in the discourse of the indigenous activists in Chile. Thus, I believe that our duty is to understand the role of local communities inside the process of valorization, focusing on the transformations that have occurred to medical practices and knowledge inside the Chilean multicultural model. The widespread use of new etiologies and therapies, the growing number of traditional healers and their increased political power are examples of the uses (in de Certeau terms) that indigenous communities have made of intercultural health programs. Using data from Aymara e Mapuche cases, I would like to provide an ethnographic insight able to broaden and enrich the discussion about the political dimension of the heritage of indigenous medicines.

La médecine traditionnelle birmane : patrimoine à conserver et outil politique
Céline CODEREY
Sur la base de nombreuses enquêtes de terrain effectuées en Birmanie (Myanmar), en particulier dans l’état d’Arakan, je propose une réflexion sur la patrimonialisation de la médicine traditionnelle birmane. Cette médicine se présente comme un ensemble kaléidoscopique de concepts et pratiques aux origines diverses: le savoir médical bouddhique inclus dans le canon bouddhique, l’Ayurveda, l’astronomie et l’astrologie et une panoplie de savoir-faire ésotériques tels que les inscriptions ésotériques, l’alchimie et la récitation de formules.
Cette médecine, ayant été négligée par les colons anglais au profit de la « médecine occidentale », a connu un certain déclin auquel le gouvernement birman post-colonial s’efforce de réparer. Voyant en elle une valide méthode thérapeutique, mais aussi un précieux héritage naturel, culturel, historique et sociale à défendre, le gouvernement a initié un processus de (ré-)valorisation de cette médecine. Cette valorisation s’opère par un double mouvement quelque peu paradoxale. D’une part, on observe une prise de distance de la médecine occidentale par la mise en évidence du caractère naturel, national, identitaire, traditionnel de la médecine traditionnelle – aussi bien par le moyen de discours que par l’ouverture de musées et de jardins de plantes. D’autre part, la médecine traditionnelle se rapproche de la médecine occidentale du fait que celle-ci est devenue le standard de référence, l’étalon de jugement sur la base duquel la légitimité des autres médecines est établie. C’est ainsi qu’on a assisté à l’ouverture d’instituts et d’une université, d’hôpitaux et dispensaires, de fabriques de médicaments, l’établissement de licences mais aussi qu’on a vu disparaître ou se transformer les éléments traditionnels considérés comme non scientifiques ou comme relevant de la superstition. Ainsi, si la volonté est celle de préserver et valoriser le patrimoine que représente cette médecine, on s’aperçoit que la façon dans laquelle ce processus se fait est un processus de transformation, reconstruction, purification. Or dans ma présentation je tâche montrer que cela ne relève pas seulement de la dominance de la médecine occidentale mais aussi du processus de construction et d’unification politique par lequel le gouvernement vise intégrer la diversité ethnique dans l’unité nationale.

Visual Representation of Diseases and Medical Resources in the Ghanaian signboards
Mariaclaudia CRISTOFANO, Elisa VASCONI
Referring to the reflections on cultural heritage and traditional medicine stated in Cristofano, Maltese and Vasconi 2013 (http://anthropologiesante.revues.org/1115), this paper aims to connect a recent research on Ghanaian advertising signage, with medical researches the Italian anthropologists have been carried out for many years in Ghana. The quoted article led us to understand how the analysis on local signwriting aesthetics can suggest new perspectives for the interpretation of traditional medicine, not considered by medical anthropologists yet.
In Ghana the production of signboards – once hand-painted, today mainly the outcome of computer graphic – has been involving for more than 50 years a relevant number of signwriters, informally trained artists working at local level for the promotion of small trade and the therapeutic sector. Walking through Ghanaian markets and commercial towns one can easily come across painted and printed signboards showing diseases to sell herbal products; handmade portraits of traditional healers located on the street side nearby the compound where they live and take care of their patients; drug-shops decorations to sell medicines.
Mirror of the heterogeneity of therapeutic resources, in our opinion these signboards constitute an alternative source of revealing “cues” – suggested both by the healer or the same artist – for the study of local traditional medicines’ representations. An accurate analysis of the signboards on medical subjects disclose therapeutic instruments used by the healers, never detected before; similarly, these artistic productions literally “display” local diseases representations, local interpretation of the dichotomy between natural and spiritual diseases and the relation between healers and the supernatural.
Finally, the study of signboards highlights the constant reconfigurations of traditional medicine. Indeed, local actors represent themselves through symbols and iconographies belonging to different therapeutic resources: from the Western to the alternative and complementary medicine coming from Asia. The visual representations of traditional medicine show hybridization forms in which the relation between transnational and local contexts clearly emerge.

De la patrimonialisation des objets, savoir-faire et techniques des devins-guérisseurs africains : du rituel à l’amulette
Alain EPELBOIN
Depuis les débuts de l’exploration coloniale, la recherche d’« épices et de drogues », de remèdes autochtones a permis d’identifier, puis de synthétiser des principes pharmacologiques actifs qui ont eu et qui ont encore un rôle essentiel dans la santé individuelle et publique et aussi dans l’enrichissement des industries concernées.
Le souci de valorisation et de patrimonialisation des cultures africaines, des « savoirs médicaux » dits « médecines traditionnelles » ne date pas des résolutions de l’Unesco de la fin du XX ème siècle. Il a été reconnu après les indépendances par l’Organisation de l’unité africaine, puis l’OMS, avec la mise en place d’associations nationales de guérisseurs. Elles sont souvent des coquilles institutionnelles vides, destinées au bénéfice de quelques uns, ou des outils de contrôle social au service des pouvoirs politiques et religieux en place, nationaux et internationaux.
Les paradigmes de la démarche de préservation des patrimoines « médicaux » sont avant tout pharmacologiques et nationalistes. Ils n’intègrent pas, au delà du prosélytisme, les dimensions spirituelles, les savoir-faire ethno-psycho-médicaux individuels et sociaux.
En nous appuyant sur les usages de matières naturelles chez les devins-guérisseurs islamo-africains d’Afrique de l’Ouest et ceux de peuples autochtones d’Afrique centrale, nous nous interrogeons sur les difficultés et les écueils de la patrimonialisation d’usages de remèdes sans substrat pharmacologique avéré et de pratiques liées à des dons dits surnaturels ou des transmissions de secrets mystiques.
Catalogue de la collection ALEP : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01081672.
Vidéothèque en ligne SMM : http://www.ecoanthropologie.cnrs.fr/spip.php?article224.

De la terminologie opérante pour les médicaments anciens et contemporains
ou une forme de « concept nomade »
Mehrnaz KATOUZIAN-SAFADI
Les médicaments utilisés dans un passé lointain (période médiévale) ou proche (début du XXe) deviennent, depuis ces vingt dernières années, d’un usage commun en Iran, en général et en particulier dans la capitale, à Téhéran. Nous avons constaté une plus grande utilisation des remèdes « traditionnels » et une multiplication des magasins d’herboristerie au sein de la capitale, non seulement dans les quartiers populaires, mais également dans les quartiers aisés. Ainsi ces nouvelles pratiques médicales ne peuvent pas être uniquement expliquées par les divers embargos et les prix élevés des médicaments « étrangers », c’est-à-dire produits en « Occident », car leur obtention reste possible notamment pour les plus aisés.
Nous nous intéressons aux divers termes qui sont utilisés pour décrire (ou louer) les qualités de ces médicaments « anciens ». A l’époque médiévale au Proche-Orient et plus largement dans le monde arabo-musulman, les théories des quatre éléments et la circulation des quatre humeurs du corps étaient admises. Au cours de notre travail, dans un premier temps, nous donnons un aperçu de la manière dont on décrivait les produits médicinaux dans les textes savants médiévaux. Cela nous conduit à développer la notion des « qualités spécifiques » des produits thérapeutiques chez les lettrés et les médecins médiévaux. Nous développons plus précisément le concept des « qualités spécifiques » ou khawas. Dans un deuxième temps nous nous intéressons à l’emploi de ce concept aujourd’hui. Enfin, nous soulignons la capacité de certains termes médicaux à s’adapter aux divers systèmes d’explications scientifiques du corps, de la maladie et de la thérapie. Pour mieux illustrer nos propos quelques médicaments à usage fréquents sont donnés en exemple.

Le patrimoine culturel immatériel et la médecine chinoise
Frédéric OBRINGER
En novembre 2010, l’UNESCO inscrivait sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité l’élément « L’acupuncture et la moxibustion de la médecine traditionnelle chinoise ». Déjà, en 2006, une liste nationale de chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Chine fut établie, parmi laquelle neuf éléments concernaient la « médecine et la pharmacopée traditionnelles ». Depuis cette date, deux autres listes nationales ont été constituées, qui contiennent aussi des éléments médicaux. J’examinerai quels sont les ressorts et les enjeux de cette « patrimonialisation » de la médecine chinoise, révélateurs de sa situation paradoxale en Chine et hors de Chine.

Guérisseurs et anthropologues : au-delà de la relation d’enquête
Julie PERRIN
Les savoirs et savoir-faire locaux ayant pour objet la maladie et la guérison connaissent depuis une trentaine d’années de grandes transformations. Leur internationalisation et patrimonialisation sont devenues caractéristiques des pratiques de guérison contemporaines. Basée sur une ethnographie menée en Suisse de 2009 à 2013, ma contribution se propose de retracer la trajectoire socio-historique de ces pratiques à la lumière des différentes catégories que les folkloristes, les anthropologues, mais également des acteurs internationaux, ont créées pour les définir. Mon analyse cherche à éclairer la manière dont ces différentes catégorisations (1) cristallisent des enjeux de pouvoir, (2) conditionnent les pratiques, (3) suscitent des réappropriations et (4) reconfigurent le champ médical et sanitaire. En analysant mon propre malaise et mes hésitations face à l’usage de ces catégories et en prenant en compte la manière dont j’ai progressivement construit mon objet d’étude, je montrerai d’autre part comment l’analyse de l’internationalisation et la patrimonialisation de ces pratiques ne peut faire l’économie du rôle joué par les anthropologues dans ces processus.

BIOGRAPHIES DES INTERVENANTS

Alejandra CARREÑO CALDERON a obtenu une maitrise en anthropologie sociale à l’Universidad de Chile où elle a développé une recherche sur les usages thérapeutiques de l’eau chez les Teneek, Nahua et Otomì (Mexique). A partir de cette expérience elle a continué à travailler sur la santé des populations indigènes chiliennes – Mapuche et Aymara. En 2009 elle a commencé un doctorat de recherche en anthropologie, ethnologie et études culturelles à l’Université de Siena, qu’elle a terminé en 2013, portant sur les problèmes de souffrance psychique des migrants indigènes aymara dans le nord du Chile. Elle est actuellement post-doctorante au département de culture, politique et société de l’Université de Turin où elle poursuit une recherche en ethnopsychiatrie auprès du centre Frantz Fanon.

Céline CODEREY a obtenu un master en psychologie à l’Université de Lausanne puis un master et un doctorat en anthropologie à l’Université d’Aix-en-Provence. Depuis janvier 2014, Céline Coderey est postoctorante à la National University of Singapore. Elle travaille à la fois à l’Asia Research Institute où elle conduit un projet sur la médecine traditionnelle birmane et sur le VIH/sida et au Tembusu college où elle enseigne le séminaire Biomedicine and Singapore society. Ses travaux, et notamment sa thèse de doctorat, décrivent la pluralité de conceptions et pratiques thérapeutiques au sein des communautés bouddhistes vivant dans l’état birman d’Arakan.

Mariaclaudia CRISTOFANO prépare un doctorat en ethnologie et ethno-anthropologie au département d’histoire, culture et religions de l’Université Sapienza de Rome, pour lequel elle mène une recherche sur le signwriting in Ghana. Elle a travaillé sur les processus de patrimonialisation dans la région Nzema dans le sud-ouest du Ghana. En 2009 et 2010 elle a contribué à la préparation du Fort Apollonia Museum of the Nzema Culture and History en collaboration avec la Mission ethnologique italienne in Ghana.

Alain EPELBOIN est médecin anthropologue au CNRS, vidéaste, il mène depuis de nombreuses années des recherches fondamentales et appliquées sur la construction de la personne et les processus de guérissage auprès des soignés et des soignants au Sénégal rural et urbain, en Afrique centrale chez les Pygmées aka et les populations commensales et en région parisienne auprès de ressortissants des migrations africaines. Il a en particulier constitué une collection de plusieurs milliers d’amulettes et d’objets magiques, récupérés à la décharge à ordures de Dakar-Pikine au Sénégal.

Mehrnaz KATOUZIAN-SAFADI est docteur en biochimie (Univ. Paris 7) et chercheur au CNRS faisant partie de l’équipe SPHERE – UMR 7219 / Univ. Paris 7. Elle étudie les thérapies médicamenteuses en examinant les manuscrits médiévaux écrits en arabe et en persan et tout particulièrement l’œuvre du médecin du IXe siècle, Râzî qui associait l’éducation livresque à ses propres expériences au chevet de malade. Basées sur des exemples historiques concrets de maladies et de thérapies, les investigations de MKS se sont forgées autour de deux axes principaux. Le premier consiste à examiner les interactions entre les théories médiévales en vigueur et les pratiques personnelles des médecins, suite aux observations des cas. Le second axe tente de mettre en évidence les divers processus conduisant à des choix thérapeutiques par le médecin, ou par la personne malade. Ces investigations ont conduit à étendre ces questionnements aux choix thérapeutiques dans l’Iran contemporain. Le but est alors de cerner les diverses raisons qui ont conduit soit à la conservation soit à la perte de certaines pratiques qualifiées d’« anciennes » ou de « traditionnelles ».

Frédéric OBRINGER est chercheur au CNRS, actuellement directeur du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine et directeur adjoint de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon (CNRS/EHESS). Historien de la médecine chinoise, il prépare une histoire des substances aromatiques et des parfums en Chine.

Julie PERRIN est assistante doctorante à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel. Elle mène une thèse en anthropologie, co-dirigée par la Prof. Ellen Hertz (UniNE) et le Prof. Daniel Fabre (EHESS), sur les pratiques de guérison dites «traditionnelles» en Suisse. Elle analyse d’une part la manière dont les représentations de ces pratiques se sont construites au 20ème siècle, oscillant entre dévalorisation et survalorisation, et d’autre part les valeurs implicites sur lesquelles reposent leur marchandisation et patrimonialisation. A travers cette étude de cas, sa recherche vise à contribuer aux réflexions anthropologiques sur les processus de patrimonialisation, les liens entre «tradition» et changement culturel, la marchandisation des savoirs locaux et l’histoire du folklore suisse.

Elisa VASCONI a obtenu un doctorat en anthropologie médicale à l’ecole d’anthropologie, ethnologie et culture de l’Université de Siena. Elle travaille actuellement à temps partiel à l’Université de Florence. Elle a conduit des recherches in Ghana et Uganda. Elle a publié plusieurs articles sur les problématiques autour de la santé en Italie et en Afrique.